PROMO en cours…

Ce que le bénévolat en milieu de soins palliatifs m’a apporté
blank

Les besoins au niveau du bénévolat auprès des personnes âgées n’ont jamais été aussi grands. De mon côté, j’ai débuté en pleine crise sanitaire dans une maison de soins palliatifs pour procurer des soins aux gens en fin de vie. À travers le bénévolat, j’ai découvert un monde plus grand que je n’aurais pu l’imaginer. L’idée de donner de mon temps et de mon énergie gratuitement, m’a permis de me sentir valorisée autrement. En plus d’être reconnue pour la personne que je suis, pour mes efforts et mon don de soi. Laissez-moi vous parler de mon expérience.

 

Mes expériences

Mon premier quart de travail en maison de soins palliatifs fut un 31 octobre, soir de pleine lune. Je ne savais pas à ce moment l’ampleur de mes tâches, ni de ma contribution auprès de ces personnes qui s’apprêtent à traverser le voile. Je me souviens m’être questionnée tellement longtemps sur mon habillement, confortable, mais pas trop.

Finalement, je suis arrivée habillée de façon très sportive en me disant que j’allais être confortable pour les mobilisations. Je fus prise de cours, lorsque mes collègues bénévoles sont arrivés habiller chic-confo, veston et t-shirt. Je me suis vite rendue compte que l’environnement y est très relaxe et que l’attirail est définitivement le moindre des soucis.

Ce soir-là, ma première patiente était en grosse douleur. Encore après tout ce temps, je ne crois pas avoir revu un niveau de souffrance aussi élevé. J’étais bouleversée d’être confrontée à toutes ces émotions pour la première fois. Ma collègue me rassurait des yeux, me guidait en me disant où placer mes mains, comment l’apaiser. Cette dame venait tout juste d’arriver dans la chambre 231.

 

De grands apprentissages

Avec le temps, j’ai rencontré des gens souffrants, des gens qui n’ont pas eu mal, des gens qui pleuraient, d’autres qui étaient impatients de faire le grand passage. Aux soins, on s’occupait des bains, des mobilisations, d’apporter les repas, de remplacer les draps, de tenir des mains et de chanter avec les patients.

Ces personnes en fin de vie me rappellent que pour une majorité de gens, plus ils s’approchent de la fin, plus ils retournent à la case départ. Ils redeviennent dépendants, incontinents et laissent souvent place à une ouverture d’esprit. En fait, c’est une dure réalité à voir, mais elle m’a enseigné tellement de choses. J’ai reçu un beau cadeau à travers la vulnérabilité de ces gens. Ils m’ont permis de faire un bilan de vie, d’être reconnaissante et de voir ce qui compte réellement pour moi.

Il est indéniable que chaque personne ayant croisé mon chemin à la maison de soins palliatifs Victor-Gadbois m’a apporté une petite pépite d’or que j’ai ajoutée dans mon sac de sagesse.

 

Les maisons de soins palliatifs au Québec

Il est à noter qu’il y a actuellement 36 maisons de soins palliatifs au Québec. Chacune d’entre elles fonctionne majoritairement à l’aide de bénévoles. Ces établissement ont besoin de gens qui sont dévoués à l’accompagnant en fin de vie, que ce soit aux soins, à la réception ou à la cuisine.

Je prends un moment pour remercier tous les bénévoles qui s’impliquent de près ou de loin dans le milieu de la fin de vie. Leur dévouement et leur empathie n’a pas de prix pour notre société. Ils sont essentiels et permettent à nos aînés de quitter dans la dignité!

Grâce à cette expérience, j’ai découvert une nouvel angle de la vie et de la mort. J’ai ouvert mon coeur et je me suis laissée imprégner de l’amour et du respect qui se dégageaient des gens. Je me suis impliquée et j’ai fait une différence moi aussi.

D’ailleurs, je me suis fait une joie profonde de créer un cours complet sur le bénévolat en fin de vie. Il se retrouve dans la certification Thanadoula de la Faculté de Fin de Vie de l’École Cybèle.

J’y aborde en autres les thèmes suivants :

  • Les types de bénévoles recherchés;
  • Les types de soins à la personne offerts;
  • Sa place avec le personnel soignant;
  • Les qualités recherchées chez un bénévole;
  • Et plus encore !!!

En conclusion, cette expérience a été tellement transformatrice que j’aspire réellement continuer d’en faire, tout au long de ma carrière.

Découvrez  le groupe d’informations de la Faculté de Fin de Vie Cybèle !!!

Date de publication :

  • 12 Août, 2022
  • © École internationale d’accompagnement Cybèle Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés.

    Autres articles

    Pin It on Pinterest

    Share This