Les bienfaits des rituels funéraires au niveau individuel et collectif
blank

Certains croient encore que la mort c’est macabre. Le sujet est vite repoussé du revers de la main ou des moues apparaissent sur les visages de ceux qui la craignent. Pourtant, s’il y a quelque chose en quoi chaque humain se rejoint est bien la naissance et la mort. N’est-ce pas? La mort est un phénomène naturel. Et si les bienfaits des rituels funéraires au niveau individuel et collectif avaient un impact plus grand qu’on le pense sur notre capacité de gestion et d’adaptation du deuil?

Le rôle du rituel funéraire dans l’espace individuel et collectif

Plusieurs endeuillés vivent l’expérience du « ghosting »¹ – disparition subite de leur entourage – ce qui peut amplifier la douleur de la perte d’un être cher et le sentiment d’isolement. Pourquoi ne pas plutôt renforcer le sentiment d’appartenance, de confiance et de sollicitude par le rituel et son après?

De plus, en tenant compte que, selon l’INSPQ, « En 2018, 19 % de la population est âgée de 65 ans et plus. En 2030, on prévoit que 25% de la population sera âgée de 65 ans et plus. » ², il y a lieu de se questionner sur la manière dont nous voulons aborder la fin de vie et son après pour ceux qui vivent. Et ce, tant sur le plan individuel que collectif.

Ce que je vous propose ici est un bref exercice réflexif à propos de l’utilité du rituel funéraire et des stratégies pour en faciliter sa réalisation.

En quoi le rituel funéraire est-il utile?

Un rituel, quel qu’il soit, sert à marquer un temps, une étape. La transition d’un état à un autre y est activée. À travers le rituel, il y a conscientisation et intégration d’une évolution. Un rituel peut se faire seul et en petit comme en grand groupe. Il s’agit simplement de prendre un temps, plus ou moins long, pour revenir à soi par rapport à une transition que nous avons à effectuer.

Voici ce que le rituel funéraire peut vous permettre de réaliser :

  • Honorer la vie du défunt.
  • Initier votre propre expérience de deuil.
  • Ressentir les émotions qui vous habitent et les laisser vous transformer.
  • Être solidaire à l’intérieur d’un espace sacré et de recueillement.
  • (Re)connecter avec ce qu’il y a de plus grand que soi.
  • Éduquer et faciliter l’intégration de notre finitude humaine auprès des prochaines générations.

 

Stratégies pour faciliter le rituel funéraire

Je vous livre quelques-unes des stratégies possibles pour introduire le rituel funéraire dans votre vie.

Préparez-vous à l’avance

Que ce soit par les préarrangements funéraires, la visualisation de votre célébration idéale, le lieu de sa tenue, le déroulement souhaité pour la cérémonie, vous pouvez rédiger vos idées et partager votre document avec vos proches. Faites l’inventaire des croyances et des valeurs qui vous animent et que vous voudriez voir reflétées dans votre cérémonie.

 

Constatez le corps du défunt

Cette étape précède le rituel et peut alléger la fin de la relation avec la personne décédée.

 

Un dernier aurevoir

Utilisez cet espace-temps pour boucler la relation avec le défunt. Libérez-vous d’une rancœur que vous entreteniez à son égard ou d’un sentiment de culpabilité. Vous pourriez par exemple écrire vos pensées sur papier et brûler la lettre pour établir la paix pour vous en lien avec le défunt. Il est important de vous libérer des sentiments mitigés et des ressentiments que vous avez pu nourrir au fil des ans.

 

Déléguez des tâches

Vous pourriez vous décharger en mettant une personne en charge de coordonner l’événement funéraire ou la célébration de vie, qu’il s’agisse de la vôtre ou de celle de votre proche. De plus en plus de célébrants peuvent vous accompagner avec la logistique et l’organisation de rituels funéraires.

 

Incluez les enfants

À tort, certains projettent leurs propres peurs et croyances limitantes de la mort sur les enfants. Tout comme les adultes, ils ont besoin de trouver le sens des événements dans leur vie. Plus ils seront inclus, plus facile sera leur quête de sens ultérieurement. Ils pourront ainsi comprendre que la mort est naturelle, normale et que la vie a une grande valeur.

Conclusion

Ces stratégies vous permettront non seulement d’adoucir la réalisation d’un rituel funéraire, elles induiront également une réflexion de soi par rapport à la mort et au sens de la/sa vie.

Vous n’avez pas besoin d’attendre que votre heure ait sonnée pour entamer la création de rituels funéraires. Ils servent à faciliter l’accueil du départ de vos êtres chers. Peut-être que ce moment d’introspection vous permettra d’apprivoiser la mort, la vôtre ou celle de ceux que vous aimez?

 

Découvrez la certification thanadoula et  le groupe d’informations de la Faculté de Fin de Vie Cybèle !!!

Sources :

¹ RACINE Louise,  Le deuil une blessure relationnelle, Les Éditions du CRAM, Montréal, 2011

² https://www.inspq.qc.ca/santescope/syntheses/population-agee-de-65-ans-et-plus#:~:text=En%202018%2C%2019%20%25%20de%20la,de%2065%20ans%20et%20plus.

3 https://www.chudequebec.ca/a-propos-de-nous/publications/revues-en-ligne/spiritualite-sante/dossiers/deuils-et-pertes-associes-a-la-maladie/le-deuil-est-une-blessure-relationnelle.aspx#:~:text=C’est%20en%20d%C3%A9finissant%20le,concr%C3%A8te%20d’en%20assouvir%20ses

Date de publication :

  • 16 Déc, 2021
  • © École internationale d’accompagnement Cybèle Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés.

    Autres articles

    Pin It on Pinterest

    Share This