Un premier Noël sans toi, chère maman.

Ma petite maman, nous allons vivre notre troisième Noël sans toi, déjà. Je me remémore le premier Réveillon sans tes chemises fleuries beaucoup trop colorées, ta sauce aux canneberges qui trainait dans mon réfrigérateur pendant 3 semaines suivant notre repas parce qu’il y en avait toujours trop! Tes idées de brunch du 25 au matin lorsque nous avions tous trop bu la veille pour se lancer dans la grande gastronomie. Je sais que cette année, certaines personnes vivent également un premier Noël sans leur maman et je ne peux m’empêcher que de vouloir partager un brin de sagesse qui m’a accompagné tout au long de cette période des Fêtes il y a 2 ans.

 

C’est un brin chaotique de vouloir célébrer lorsque notre coeur est en peine. Je me rappelle que ce premier Noël, j’avais quand même envie de célébrer le positif dans nos vies. Par contre, la culpabilité d’avoir du plaisir sans toi, d’organiser une fête qui ne serait pas aussi parfaite eh bien je l’ai ressenti! Voici quelques outils qui m’ont grandement soutenu:

 

  • L’écriture; je t’ai écrit 100 fois pour exprimer ma peine, ma colère, mes beaux souvenirs…mettre sur papier mes sentiments m’a permis de garder le focus sur un Noël dans l’amour et la paix.
  • Un lampion; je me suis procurer un lampion à ton image, rose avec un grand arbre représentant la famille. Il est resté allumé à chaque fois que j’en ressentais le besoin et j’avais l’impression que tu étais parmi nous, juste assez pour m’apaiser!
  • Recette fétiche; nous avons tenté de refaire tes pains dorés copieux du 25 décembre. Un petit clin d’oeil qui nous a fait du bien à toute la famille.
  • Le plaisir; finalement, je me suis permis d’avoir du plaisir quand même. De rire, de danser, de mettre nos chandails kitshs des Fêtes. Je me suis souvenu que ce que tu aurais désiré pour nous, c’est de célébrer le positif et de voir le beau dans chaque petite chose que la période des Fêtes nous apporte.

 

Une des choses qui m’ont marqué le plus avec les années, c’est que tous les Noël, je ressentirai ce vide. Ta présence et ta chaleur resteront toujours une pièce du casse-tête manquante dans nos célébrations. Que ce soit votre premier, deuxième, quinzième Noël sans votre mère, la nostalgie se pointera toujours le bout du nez. L’important, c’est qu’avec les années qui passent, ce soit plus léger, plus doux. Profitez de ce moment pour honorer son passage dans votre vie, à la femme qui vous a mise au monde.

 

Tous les membres de la Faculté de fin de vie de l’École Cybèle vous souhaitent un temps des Fêtes dans l’amour, la bienveillance et la douceur. Nous sommes plusieurs à avoir perdu une maman et nous comprenons cette peine qui est valide et loin d’être banale.

Sortez vos doudous, un grand chocolat chaud et faites jouer Blue Christmas en boucle si le cœur vous en dit!

Bon temps des Fêtes à tous et à toutes!

 

| Site Web | Plus de publications

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir d’autres articles sur le Blog

Visitez notre boutique des Éditions Cybèle

Boutique spécialisée dans les livres « grand public » à destination du bien-être des familles, de même que les manuels de formation, à l’intention de nos écoles et facultés.

Pin It on Pinterest

Share This